Détruite à 80% lors des bombardements de septembre 1944, la reconstruction, priorité nationale, est confiée à Auguste Perret, le maitre du béton, matériau auquel il va donner ses lettres de noblesse. Entre 1945 et 1964, l’atelier Perret constitué d’une centaine d’architectes réalise le projet, symbole de la renaissance du pays. Ces bâtisseurs vont ainsi créer un ensemble paysager d’une exceptionnelle cohérence où les édifices expriment les multiples déclinaisons d’un même langage architectural longtemps incompris.

Le 15 juillet 2005, La Porte Océane entrait au panthéon de l’Unesco pour la modernité de son architecture ! Ici les larges artères du triangle monumental s’ouvrent sur l’eau, celle de l’avant-port pour la rue de Paris et le boulevard François 1er, celle de la plage pour l’avenue Foch, les Champs Elysées havrais. L’église St Joseph tel un amer, clin d’œil transatlantique aux gratte-ciel new yorkais veille sur la ville. Cette modernité de la reconstruction, spécificité de la ville a continué avec Oscar Niemeyer, Guillaume Gillet, Jean Nouvel, Jean-Paul Viguier, Alexandre Chemetoff…

Le Havre photogénique, cinégénique séduit par sa géométrie et son exceptionnelle lumière si bien traduite par les impressionnistes et les fauves.

Pour bien comprendre cette architecture, Visitez l’appartement témoin (vitrine du style de vie et des créateurs des années 50) et la Maison du Patrimoine, découvrez la place de l’Hôtel de Ville et l’avenue Foch, admirez l’église St Joseph et embarquez au MuMa, musée d’art moderne…

Si j’avais à montrer la mer à un ami pour la première fois, c’est Etretat que je choisirais, écrivait Alphonse Karr, romancier et journaliste au Figaro. La réputation de ce site naturel exceptionnel était lancée. Encore « sauvage » et difficile d’accès dans le premier tiers du XIXème, elle inspire avec bonheur le peintre Eugène Isabey. Le succès, la beauté du site vont attirer ensuite la fine fleur de la peinture française et étrangère Courbet, Boudin, Monet, Valloton, Matisse… et bien d’autres encore. La réputation et l’envol se font véritablement avec le second Empire et la fin du XIXème. Les écrivains contribuent largement à cette renommée. La proximité du Havre mais aussi de Rouen et la création d’une ligne de chemin de fer désenclavent Etretat, fréquenté dès lors en cette fin XIXème par le gotha parisien et l’aristocratie internationale.

Ce site naturel exceptionnel, suite d’arches formées par la Manneporte, les falaises d’aval et d’amont, sculptures naturelles de craie magnifiées par les peintres et les écrivains, rend le site mondialement connu.

Encadrée par ses deux parois de craie blanche, la plage aux célèbres petits galets est un lieu prisé des amateurs de surf et de paddle. Le patrimoine architectural de la commune est riche de nombreuses villas dont le Clos Lupin (Maurice Leblanc), la Guillette (Maupassant), les halles, Le Château des Aygues, demeure balnéaire, construite en 1866, sous le Second Empire, et l’église Notre Dame, synthèse parfaite entre les styles roman et gothique.