Abritée par deux hautes falaises, Dieppe s’étire des deux côtés de l’Arques. La ville tire son nom de l’anglo-saxon deep signifiant « profond », donné par les Normands aux VIIe et VIIIe siècles car le lit creusé par l’Arques dans le plateau crayeux du pays de Caux permettait d’accueillir des navires de haute mer.

À partir du XIIIè siècle, Dieppe se développe : l’activité du port permet aux armateurs de s’enrichir et la ville devient l’un des premiers marchés de France. Aux XIVe et XVe siècles, le port donna naissance à de nombreux aventuriers, corsaires, explorateurs et armateurs qui sillonnèrent les différentes mers du Globe.
Au XVIe siècle, les nefs de l’armateur Jehan Ango sillonnent les côtes du Brésil, de l’Afrique et de l’Amérique du Nord, offrant à la ville une réelle prospérité. L’armateur fera fortune grâce notamment à ses corsaires et aidera François Ier dans sa lutte contre les Anglais.
Sous François Ier et ses successeurs, d’importants travaux sont lancés et la ville connaît son âge d’or. Mais les guerres civiles et religieuses du XVIe siècle mettent un terme à sa prospérité. En 1694, Dieppe est détruite par la flotte anglo-hollandaise ; à l’exception du quartier du Pollet, des églises, de quelques maisons et du château, elle est réduite en cendres.
Sur ordre de Louis XIV, l’ingénieur de Ventabren entreprend la reconstruction immédiate : il élargit les rues, restaure les églises et fait reconstruire de nombreuses maisons en brique.

À partir du XVIIe et jusqu’au XIXe siècle, un commerce de l’ivoire se développe entre Dieppe et la Guinée. Les ivoires de Dieppe deviennent célèbres dans la France entière et même au-delà. La production connaît une variété et un raffinement inégalés : cadrans solaires, statuettes, râpes à tabac ou encore portraits en médaillons sont encore aujourd’hui le témoin de cette qualité au Musée de Dieppe.

C’est au XIXe que Dieppe devient la première station balnéaire française. Cette « mode » est véritablement lancée par Marie-Caroline, duchesse de Berry, qui multiplie les séjours à Dieppe de 1824 à 1829.
Dans son sillage, les riches Parisiennes empruntent les premières lignes de chemin de fer et investissent la plage. Un grand nombre d’Anglais arrive de Brighton où la pratique des bains de mer est déjà appréciée.
La plage de Dieppe court sur 2 km entre le port et les falaises. Aménagée à l’initiative de l’impératrice Eugénie, la promenade longe la mer.

Le 19 août 1942, à l’aube, 6100 hommes, dont 5000 canadiens, des Commandos britanniques et des soldats des pays occupés, débarquent en huit points de la côte, de part et d’autre de Dieppe. Nom de code : Opération Jubilee. Suite à un effet de surprise perdu et une certaine impréparation, l’opération se soldera par un cuisant échec et fera endurer aux alliés de lourdes pertes.
Deux ans plus tard, en souvenir des évènements tragiques du raid qui coûta la vie à de nombreux Canadiens, l’honneur de libérer Dieppe le 1er septembre 1944 fut laissé à la 2e Division Canadienne.